Artecosa / Signatures

MAJ importante du 22 février 2018:

Suite à l'ouverture de la procédure de sauvegarde judiciaire, les investisseurs ARTECOSA (SIGNATURES) ont deux mois pour déclarer leurs créances à compter de la publication au BODACC (08/02/2018), auprès du Mandataire Judiciaire.

Mais surtout, si vous n'avez pas encore récupéré vos oeuvres, vous disposez d'un délais de 3 mois à compter de ladite publication pour réaliser une action en revendication de propriété.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter le cabinet.

MAJ importante du 22 février 2018:

 - ALERTE ACTUALITE ARTECOSA / SIGNATURES: La société a été placée en procédure de SAUVEGARDE le 23 janvier 2018 - 

Suite à l'ouverture de la procédure de sauvegarde judiciaire, les investisseurs ARTECOSA (SIGNATURES) ont deux mois pour déclarer leurs créances à compter de la publication au BODACC (08/02/2018), auprès du Mandataire Judiciaire.

Mais surtout, si vous n'avez pas encore récupéré vos oeuvres, vous disposez d'un délais de 3 mois à compter de ladite publication pour réaliser une action en revendication de propriété.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter le cabinet.

ARTECOSA (renommée récemment « Signatures ») est considérée comme la petite cousine de la société ARISTOPHIL. Cette société a été constituée par d’anciens d’ARISTOPHIL et propose également en France et à l’étranger des placements dans des lettres, manuscrits ainsi que des photographies.

Les rendements promis sont similaires à ceux proposés par la société ARISTOPHIL (plus de 6%).
Comme sa cousine, ARTECOSA n’a aucune obligation de rachat des œuvres alors que le client a l’obligation de lui proposer la vente de ses collections. Cette solution permet, comme pour ARISTOPHIL d’éviter notamment à ces placements d’être considérés comme des produits financiers ou encore d’être provisionnés dans les comptes de la société.

Bien entendu, les taux promis semblent parfaitement illusoires : aucune étude sérieuse n’a démontré que les lettres et manuscrits pouvaient bénéficier d’un tel rendement.

Il semble très peu probable qu’un tel système puisse perdurer.
La société n’étant pas encore en liquidation judiciaire il vous est toutefois possible de récupérer vos œuvres.

Cependant la société a été placée en procédure de sauvegarde le 23 janvier 2018. Il est donc urgent d'agir pour préserver le patrimoine investi.

Si les investisseurs ne récupèrent pas rapidement leurs œuvres ils risquent, comme ARISTOPHIL, de ne plus pouvoir en reprendre possession avant un long moment, payer des frais de garde, tri et conservation.
Mais surtout, l’Etat procédera à une vérification des œuvres vendues par la société et risque, comme pour sa cousine, de qualifier d’archives publiques un bon nombre d’œuvres.

Des solutions existent comme mandater des experts ou commissaires-priseurs pour récupérer, conserver et vendre vos œuvres.

Les cabinets Sellies Avocat et Dolbeau Expertise bénéficient d’accords négociés avec de grandes maisons de ventes pour vous proposer ces services à des coûts très réduits (pas de frais vendeurs, contrats vérifiés par le cabinet). Nos cabinets ne travaillent qu’avec les plus grands experts judiciaires en lettres / manuscrits et photographies.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter les cabinets Sellies Avocat et Dolbeau Expertise en envoyant un mail à :
sellies.avocat@gmail.com ou s.dolbeau@dolbeauexpertise.fr avec comme objet : ARTECOSA